E. Leclerc se mouille

Il y a une belle campagne de Leclerc actuellement sur la bio pas chère. Quand je dis « belle », il faut comprendre « intense ».

Le slogan est simple : « consommer mieux, ça se décide« .

Ici ce qui compte c’est de démontrer que Leclerc non seulement a les prix les plus bas, mais en plus est capable de proposer des produits verts.

Ainsi, le liquide-vaisselle est bien identifié pas cher grâce au prix en gras, rouge et police maximale. Idem pour le pictogramme « marque repère » qui chez Leclerc permet d’identifier les produits les moins chers.

Par contre, il faut une loupe pour distinguer la plus-value écologique. Oh Leclerc ne ment pas. Certes on a le droit d’être suspicieux quand la marque écolo de Leclerc s’appelle, vive le jeu de mot, univert.

Mais…

Mais rappelons que l’écolabel européen (qui permet à l’enseigne de parler d’écologie) n’est pas des plus stricts concernant les produits d’entretien. Voici donc la composition de ce liquide vaisselle « écologique » :

Aqua, sodium laureth sulfate, cocamidopropyl betaine, alcohol, coco-glucoside, parfum, sodium chloride, citric acid, Methylchloroisothiazolinone, methylisothiazolinone, CI 42051, CI 19140

Pour ceux qui ne parlent couramment ni le latin ni le INCI (International Nomenclature of Cosmetics Ingredients) je vous livre ma traduction.

  • Aqua : de l’eau d’abord ! Beaucoup d’eau ! L’ingrédient incontournable que dans le milieu, on appelle le profitor (sic). Bah oui, l’eau c’est pas cher et c’est toujours l’ingrédient premier. Mais ca, c’est pour tout le monde pareil.
  • Ensuite nous avons le laureth sulfate qui fait polémique dans le monde du shampooing. Irritant, sensibilisant, desséchant.
  • Parfum : là c’est le vide juridique car dans parfum, on a le droit de mettre beaucoup de choses sans avoir à les préciser. Mais là aussi, aucune raison d’en vouloir à Leclcerc; tout le monde met des parfums et profite de cette lacune juridique.
  • Idem pour CI 42051 et CI 19140 qui sont des colorants. Pas dangereux mais… inutiles sinon pour donner une belle couleur rassurante à votre flacon.

Non le souci, c’est plutôt Methylchloroisothiazolinone et son copain methylisothiazolinone qui eux sont carrément « à éviter » selon Rita Stiens. Le premier est un conservateur, allergène notoire.

Grâce à notre dossier comparant les labels dans les produits d’entretien, on voit tout de suite que l’écolabel européen fait beaucoup moins bien que le label Nature & Progrès. Pas de parfum (sinon des huiles essentielles), pas de conservateurs baroques (2 acides autorisés) et pas de colorant tout court.

Alors ce n’est pas tout de suite que l’on verra des liquide vaisselle réellement écologiques chez Leclerc. Ce n’est pas tout de suite qu’on les verra en 4 par 4 dans le métropolitain de la capitale.

Et le prix me direz-vous ?

Eh bien, grâce au comparateur eco-sapiens, voici les liquides vaisselle Nature & Progrès où l’on constate que le premier prix est à 2,90 euros le litre là où Leclerc est à 1,90 euros le litre. C’est 50% plus cher pour de l’écologie qui n’est pas du greenwashing. Indéniable. Après si comme tout le monde vous utilisez 4 flacons dans l’année, ca fait 4 euros. Tout est relatif…

Du coup, c’est l’occasion de vous parler de la nomenclature du greenwashing déclinée par le blogueur communiquer-responsable. Il y distingue 9 grandes catégories. Même si Leclerc fait preuve de bonne volonté (en tout cas c’est mieux qu’avec leur label conso responsable inepte) et que les accuser de greenwashing est ici complexe, on se doit d’examiner à quelle catégorie nous faisons face.

Alibi écolo àFausse amélioration ? Premier de la classe ?

En fait ce qui est complexe ici, c’est que Leclerc s’appuie honnêtement sur un label reconnu (c’est tout de même une initiative européenne concertée) et que c’est ce label qui pose question. Personnellement, nous n’avons pas souhaité ranger ce label dans la catégorie « bof » des bons labels et des truands car l’écolabel européen reste une démarche intéressante. Mais sur les produits d’entretien, force est de constater qu’il est temps de revoir le cahier des charges…

Au fait, quelqu’un sait-il pourquoi la célèbre marque ECOVER ne l’arbore plus ?

1 réflexion au sujet de “E. Leclerc se mouille”

  1. Je pense que les marques et les entreprises commencent à participer au bien-être de notre environnement en produisant des produits qui ne nuisent pas à notre éco système.

Répondre à diamant Annuler la réponse