Il parait que c’est contre productif… tant mieux !

Kinder Manger Bouger
Manger Bouger et prenez l'air !

On s’y est habitué.

Toutes ces petites phrases que l’on est capable de réciter comme des vers de La Fontaine ou comme ces alexandrins à jamais gravés dans nos mémoires d’écoliers récitant nos premières poésies.

Ces petites phrases que le législateur a dû penser sept fois dans sa bouche pour être certain que nous, administrés, nous les retenions dans notre chair, comme une gravure dans le marbre.

Un jour dans les transports en commun, à force de lire tout ce qui s’offrait à mes yeux, je finis par déceler dans cette inscription anodine àtout abus sera puni ?, une contrepèterie plutôt cochonne.
Vous avez une minute pour trouver…

Je me suis alors demandé si ceux qui écrivent les décrets et les lois s’amusent parfois à glisser des blagues de potache dans le code civil…

Las ! Explorant les àmentions légales àje n’ai rien trouvé de croustillant dans ce qui suit :

àL’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération ?

àL’énergie est notre avenir, économisons là ! ?

àPour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour ?

Voici donc trois phrases prêtes à ll’emplo que le législateur fournit aux publicitaires lorsqu’ils veulent vendre de l’alcool, de l’énergie ou des aliments trop caloriques.

Ne le niez pas, vous les connaissez toutes. Peut-être pensiez-vous par contre que la mention sur l’énergie était un slogan d’Areva ou d’EDF. Je connais quelques spécialistes en énergie qui avaient fini par le croire et qu’évidemment ca rendait furax.

Dans tous les cas ces mentions légales viennent rééquilibrer le message publicitaire. Un peu comme les deux petites voix, celles de l’ange et du démon qui viennent chuchoter des conseils contradictoires à l’oreille du héros.

Il y a là une certaine forme de masochisme à nous soumettre à la tentation (un verre de vin, un pot de glace, une nouvelle centrale nucléaire…) et tout de suite, en dessous et en petites lettres, tenter de désamorcer cette tentation (tu vas faire une cirrhose, tu vas grossir, tu vas gaspiller de l’énergie…)

On est alors en droit de se demander quel est l’objectif visé par cet àencadrement àde la publicité. Et surtout quelle en est l’efficacité àUne récente étude laisse entendre que ces informations seraient en fait contre-productives, incitant plutôt à consommer davantage de glaces quand ils lisent l’avertissement…

De là à imaginer que nous consommerions moins d’alcool si la loi Evin était abandonnée…

Mais alors,il y a de quoi s’interrooger sur cette récente pub pour une célèbre marque d’alcool, qui a osé ne pas faire figurer àL’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération ». Certes, le message de la publicité est justement de dire que les vrais sportifs àne jouent pas sur le terrain de l’alcool àmais franchement, personne n’est dupe : associer un champion de tennis en contre plongée avec en premier plan un verre de Bacardi, même avec un message de prohibition, cela ne fait que montrer cet alcool sous un jour favorable.

Je suis par ailleurs étonné que cette publicité ait pu s’affranchir de la mention obligatoire. Que fait l’Autorité de Régulation de la Publicité ? Rien àAh bon.

Avec ces éléments, on se dit qu’il faut peut-être des messages plus virulents, au risque de tomber dans une schizophrénie totale comme les mentions àFumer tue àsur les paquets de cigarette. Or, ce qui dissuade les fumeurs, qui finissent par ne même plus voir ces messages, c’est le prix.

Si les publicités pour Total montraient des marées noires ou si celles d’Areva montraient les débris et tumeurs de Tchernobyl et Fukushima, pas sûr que cela marcherait mieux que de marmonner « L’énergie est notre avenir, économisons la ».

Au bout du compte, on est comme forcé à avouer que la seule solution serait tout simplement de légiférer. Interdire purement et simplement certains secteurs de la publicité. Cela est déjà le cas pour le tabac.

Vaut-il mieux une dictature qui pratique la censure commerciale àOu vaut-il mieux conserver pour chaque secteur une communication hypocrite « Les publicités pour la voiture inciteraient à ne pas trop rouler, les publicités pour les sites internets à ne pas trop rester devant l’écran, les publicités pour le high-tech à entretenir des relations sociales et humaines… etc.

J’imagine bien pour les sites de rencontre : « Attention, rester trop longtemps sur Meetic peut conduire à l’isolement. Pensez à sortir ! »

Cela n’en finirait pas d’être absurde.

Mais peut-être la publicité, en général, est-elle absurde ?

Références des textes de lois pour ces trois types de mention.

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072665&idArticle=LEGIARTI000006688013

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000426255&categorieLien=id

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000462516

 

 

2 réflexions au sujet de “Il parait que c’est contre productif… tant mieux !”

  1. Ce slogan a le mérite d’être efficace !
    Il serait amusant qu’après cette question posée, on interviewe les cochons qui crieraient en masse « NON ! »
    Fleury Michon slogan

Laisser un commentaire