Hervé Kempf persiste et signe

Comme prévenu, on poursuit notre démarche propre à ce blog: dire du mal des gens qu’on apprécie peu… sans oublier de dire du bien des gens qu’on aime bien. Hervé Kempf est de cette catégorie.

C’est une chance pour le journal Le Monde que d’avoir un journaliste comme Hervé Kempf. D’ailleurs, je me demande comment il croise les plus teigneux des chroniqueurs dans les couloirs de bureau.

En tout cas, comme Jean-Luc Porquet du Canard Enchaîné, le journaliste se permet quelques ouvrages qui impressionnent tant ils sont clairs, sans concession, justes.

« Comment les riches détruisent la planète » réglait leurs comptes aux nouveaux et ultra-riches, la poignée à qui le système actuel profite. Le nouveau livre « Pour sauver la planète, sortez du capitalisme » devient plus virulent puisque… c’est un ordre qu’on reçoit!

Cette fois ce qui est dénoncé, ce sont principalement deux choses:

  1. La croyance que les actions individuelles vont suffir
  2. L’idée que le recours aux technologies vertes va résoudre les problèmes environnementaux

Sur le deuxième point, nous en avons déjà parlé. Les technophiles ont, reconnaissons-le, l’avantage de faire rêver en promettant Prométhée. La technologie, nous l’associons à la nouveauté et notre société aime la nouveauté, vante l’innovation. Tout ce qui est nouveau est bon… tout ce qui est bon est nouveau.

Mais le premier point est plus grinçant. D’abord, eco-SAPIENS qui propose des biens de consommation respectueux de l’homme et de l’environnement, se retrouve forcément visé. Consommer mieux ou consommer moins ? Nous avons toujours été clair: consommez MOINS pour vivre MIEUX! Et pour le reste, consommez MIEUX.

Nous reparlerons prochainement de ce qu’est pour nous la consommation. Disons juste et insistons: une consommation eco-SAPIENS ca ne suffit pas ! Il faut aussi et nécessairement du COLLECTIF. C’est d’ailleurs pour cela que nous vous proposons des partenaires tous fortement impliqués pour faire avancer certaines causes.

« Car pour la personne à qui l’on répète sans arrêt que sa vie ne dépend que d’elle et que les liens sociaux sont d’importance secondaire, la satisfaction se trouve d’abord dans la satisfaction matérielle: elle est source de plaisir -un plaisir qu’on ne trouve plus dans l’interaction et le partage avec les autres. »

« Tous les guides expliquant comment vivre en ‘vert’ se situent du point de vue de l’individu, jamais du collectif. (…) ‘Je me préserve des grosses chaleurs’, ‘je réutilise mes objets’, ‘je refuse les traitements chimiques’, ‘je démarre en douceur’, etc…

Dans le paradis capitaliste, il suffit que nous fassions ‘les bons gestes pour la planète’, et ‘les politiques et les industriels suivront’. »

Comme nous aurions aimé formuler ces citations.

L’article sur rue89 qui a suscité ce billet.

2 réflexions au sujet de “Hervé Kempf persiste et signe”

  1. je considère que la franchise est le seul dialogue qui puisse être écouté par tous.
    je vais changer de registre, mais voila un fait réelle qui s’est produit il y à un an 1/2 accident de circulation avec blessure des victimes non responsable, déroulement des questions d’enquête ,de poursuites au civil courante , la ou les choses se corse c’est que je viens d’apprendre que la sécurité social à clôturer les dossiers des victimes avant même la fin du jugement en attente des résultats d’expertise médicale judiciaire , fait qui dégage les compagnie d’assurance du support financier envers celle-ci,actuellement 15000£ rester a la charge de la sécurité social . jais fais un courrier en recommander avec accuser de réception au premier ministre dans ce sens depuis un mois et pas l’ombre d’une réponse , il vaut mieux ponctionner les retraités que de faire payer les compagnies d’assurance
    mercis de m’avoir lu et je vous prie de continuer de crier la vérité bonne journée a vous

Laisser un commentaire